Le métier de DPO (ou DPD) est très tendance. C’est un nouveau poste dans les entreprises qui se voient dans l’obligation de repenser leur organisation en interne afin de donner tous les moyens à leur Délégué de la Protection des Données Personnelles afin qu’ils puissent mettre à bien leurs missions.

Qui est le DPO ?

Successeur du Correspondant Informatique et Libertés (CIL), le délégué à la protection des données (DPD/DPO), apparait comme l’un des acteurs incontournables du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Chargé de la protection des données personnelles au sein de l’organisme qui l’a désigné, il est la pierre angulaire entre la CNIL, l’organisme et les personnes concernées.

Bien que sa désignation ne soit pas toujours obligatoire, les organismes sont de plus en plus nombreux à franchir le pas. C’est pourquoi le ministère du Travail s’est intéressé de plus près à ce métier en pleine évolution à travers une étude publiée en juillet 2020.

Le métier de DPO doit évoluer !

L’étude a été réalisée auprès de 1 660 DPO désignés auprès de la CNIL.

Si, dans l’ensemble, les organismes ont compris l’importance de son rôle et des enjeux liés à la protection des données personnelles, on constate que le métier de DPO a encore du chemin à faire avant d’être totalement reconnu. Voici quelques chiffres publiés dans l’enquête :

  • Près de 43 % consacrent moins d’un quart de leur temps de travail à leur mission de DPO ;
  • 75 % des DPO n’ont pas d’équipe pour les épauler dans leur mission ;
  • Seul près d’un tiers des DPO ont un budget en 2020 ou peuvent bénéficier facilement des budgets d’autres services ;
  • Près de 40 % des DPO évoque un manque de moyens ;
  • Pour près de 6 DPO sur 10 leur fonction est vécue comme plutôt ou très stressante.

Il est donc indispensable pour les organismes de continuer à accompagner les DPO dans leurs missions, et notamment via la formation. A ce sujet, l’enquête montre que les DPO ont une volonté de compléter leur formation et développer leurs compétences. En effet, les principaux souhaits de formation portent sur la sécurité informatique, la réalisation des premières analyses d’impacts, la connaissance des systèmes d’information, et enfin, une formation complète au métier de DPO.

Il ne faut pas oublier que le métier de DPO n’est pas de tout repos, il s’agit d’un métier à part entière, et très enrichissant qui plus est ! Ce n’est pas pour rien si 65 % des DPO s’estiment satisfaits de leur fonction !

Source : Travail Emploi.gouv

Article rédigé par Victoria GARMASHOVA en Septembre 2020

 

Nos formations disponibles pour les DPO: